fbpx

Comprendre les risques en assurance et s’en protéger

les risques en assurance

Dans le monde de l’assurance, le risque est la probabilité que quelque chose de regrettable ou d’inattendu se produise. Cela peut concerner le vol, la perte, ou l’endommagement de biens et d’effets de valeur. Cela peut aussi impliquer que quelqu’un soit atteint dans son intégrité physique. Il existe généralement 3 types de risques qui peuvent être couverts par une assurance : les risques personnels, les risques matériels et les risques de responsabilité. Dans cet article, vous apprendrez ce qu’il faut savoir sur les risques en assurance pour mieux tirer parti des garanties qu’elle a à offrir.

A lire aussi : Tout savoir sur la pension de retraite au Sénégal (calculs, conditions, montant, etc.)

A lire aussi : Comment donner une bonne éducation à vos enfants grâce à l’assurance

A lire aussi : Prix de l’assurance vie au Sénégal : Découvrez les tarifs de la SEN ASSURANCE VIE

Différents types de risques en assurance

risque en assurance

Le risque personnel est tout risque qui peut affecter la santé ou la sécurité d’un individu, comme être blessé des suites d’un accident ou souffrir d’une maladie. Le risque de propriété est tout risque pouvant entraîner une perte partielle ou totale d’un bien, tel que le vol, l’incendie ou les cas de force majeure.

Le risque de responsabilité est un risque individuel ou commercial. Il correspond au fait d’être reconnu responsable envers autrui du fait d’une négligence ou d’actes commis délibérément, ceux-ci ayant eu pour conséquence un préjudice portant sur les biens ou à la personne d’autrui. C’est par exemple le fait de blesser quelqu’un en conduisant, ou le fait de ne pas respecter l’exécution d’obligations contractuelles.

La plupart des types d’assurance couvrent quelque peu les 3 types de risques, selon le type d’assurance. L’assurance automobile, par exemple, peut couvrir les dommages causés au véhicule à moteur de l’assuré, les blessures corporelles de l’assuré ou des passagers du véhicule, et le coût de la responsabilité découlant de la négligence de l’assuré en raison de dommages aux biens d’autrui ou parce que d’autres ont été blessés ou tués.

Par ailleurs, les compagnies d’assurance privées sont des entreprises qui veulent faire des profits. Il n’y a donc que certains risques, appelés risques assurables, que les assureurs privés sont prêts à couvrir. Presque tous les risques assurés par les compagnies d’assurance sont des risques purs, c’est-à-dire des risques sans possibilité de profit pour le souscripteur. De plus, comme les pertes assurables ne peuvent être compensées que par le versement d’une somme d’argent, seuls les risques impliquant une perte financière sont assurables. Les compagnies d’assurance n’assurent pas non plus contre les pertes prévisibles, telles que l’usure et le vice inhérent. Ce dernier correspond à l’autodestruction de biens causée par la nature de la chose elle-même, comme la pourriture des fruits.

Pour qu’une compagnie d’assurance puisse rester une entreprise viable, tous les risques qu’elle choisit de couvrir doivent avoir un paiement prévisible et une prime abordable qui couvrira les coûts du paiement et les dépenses d’exploitation de la compagnie d’assurance, tout en produisant un bénéfice raisonnable.

Risque en assurance vie

risque éducation

L’assurance vie porte sur des risques personnels uniquement. Elle couvre différents moments de la vie de l’assuré ou de ses proches bénéficiaires tels que le décès, le départ à la retraite ou encore l’arrivée à l’université. L’assureur garantit principalement le versement d’un capital ou d’une rente, couvrant ainsi les conséquences financières des événements pris en compte.

Il tient compte d’un certain nombre de facteurs de risque ; c’est-à-dire des informations sur une personne, nécessaires pour souscrire une police d’assurance-vie. Il s’agit notamment de : l’âge, le sexe, le poids, l’état de santé actuel, les antécédents médicaux, la taille, la consommation de tabac et la profession. Statistiquement, les facteurs de risque de la vie sont liés à la durée de vie d’un individu. A noter que certaines juridictions interdisent la prise en compte d’un ou plusieurs facteurs.

Les particuliers peuvent choisir individuellement de souscrire à une police d’assurance vie ou en profiter dans le cadre d’un contrat entre leur entreprise ou association avec la compagnie d’assurance. Dans tous les cas, cette dernière ne pourra offrir valablement ses services que dans certaines conditions.

Conditions pour la couverture d’un risque

risque retraite

Plusieurs conditions doivent être remplies pour qu’une compagnie d’assurance puisse couvrir un risque. Premièrement, la prime d’assurance doit être abordable. Si ce n’est pas le cas, peu de personnes seraient prêtes à l’acheter. Une prime abordable permet de répartir ainsi le risque entre moins de gens. Avec moins de personnes assurées, le risque objectif du pool serait plus élevé, car les pertes réelles seraient moins prévisibles, plus variables. Par conséquent, des primes plus élevées devraient être facturées pour couvrir le risque objectif accru.

Deuxièmement, la prime doit être considérablement inférieure à la couverture de la police ; sinon, les gens s’auto-assureraient simplement. Les pertes doivent être accidentelles et non intentionnelles. Si elles ne l’étaient pas, alors on aurait affaire à un aléa moral, où de nombreuses personnes causeraient des pertes pour toucher une assurance. Cela augmenterait les primes à des niveaux inabordables et rendrait les paiements de la société imprévisibles, car les pertes ne se produiraient pas par hasard. Les gens cesseraient de payer des primes s’ils savaient que les primes servent à enrichir des personnes malhonnêtes. Par exemple, l’une des raisons pour lesquelles les compagnies d’assurance couvrent rarement la maladie mentale est qu’elle est facilement simulée et qu’il serait donc difficile d’empêcher la malhonnêteté.

Une autre exigence pour que les primes restent abordables est que la perte doit être déterminable et mesurable. La perte doit être déterminable parce qu’une compagnie d’assurance ne paiera une perte que si la perte était pour une raison couverte. La perte doit être mesurable pour savoir combien payer, car une compagnie d’assurance ne paiera que pour couvrir la perte réelle, et pas plus. Si la compagnie d’assurance payait plus que la perte réelle, l’assuré pourrait réaliser un profit en causant des pertes partielles, puis en récupérant le montant total auprès de la compagnie d’assurance, violant ainsi le principe d’indemnisation. Cela augmenterait non seulement les primes en raison du paiement plus important, mais créerait également un aléa moral en motivant certaines personnes à causer des pertes pour profiter de l’assurance, augmentant encore plus les primes.

Leave A Comment

× Nous parler sur WhatsApp